Mimmo Germanà

Né à Catane en 1944 et décédé à Busto Arsizio, en 1992, il s'installe à Rome après des études classiques. Mimmo Germanà était un peintre autodidacte et après une saison, à ses débuts, liée à l'art conceptuel, une recherche axée sur l'espace et l'environnement, la création d'installations avec divers éléments, il rejoint, au début des années quatre-vingt, le Mouvement de la Transavangarde.

 Avec ce terme le critique Achille Bonito Oliva désigna un petit groupe d'artiste italiens, Chia, Clémente, Cucchi, De Maria, Paladino, qui relança une peinture de la figuration « chaude », visionnaire, des couleurs « fauves » qui récupérera des idées ,sans un projet pré-constitué, de l'art du passé, après les « froides années soixante-dix » consacrées à l'art conceptuel.

Il participe à la Biennale de Venise en 1980, dans la section « Aperto '80 » qui a été organisée par Achille Bonito Oliva et Harald Szeemann. Cet artiste a donné sa contribution personnelle et originale à un mouvement, celui de la « Trans » qui a marqué les années '80 avec le retour à la peinture, en Italie, en ligne avec une sensibilité artistique internationale commune, après la saison conceptuelle.Dans la constellation des peintres « transavangardistes » Mimmo Germanà, artiste méditerranéen, a été une planète «indépendante», un artiste avec une personnalité complexe, originale et une charge d'imagination « populaire et ingénue » avec des cadences symboliques.

Issu des expressionnistes allemands, Kirchner surtout, un expressionnisme méditerranéen qui marie le primitivisme des formes, des coups de pinceau comme des lamelles de feu, des couleurs intenses, chaudes qui vont de l'orange au jaune, du bleu au vert et des matières fortes pour composer des scènes où les figures, souvent féminines, sont déformées et symboliques.

« Ma peinture a son propre état d'âme qui n'est pas exactement le mien, nous nous identifions en partie, nous apercevons la provenance, on reconnait mon tempérament mais c'est une entité autonome... Je pourrais dire que l'histoire de mes œuvres c'est une histoire qui vit parallèlement avec moi, probablement elle me traverse, mais ce n'est pas mon histoire humaine, peut-être c'est mon histoire existentielle, l'histoire de ma pensée, mais ce n'est pas mon histoire biologique » (Domenico, pour les amis Mimmo, Orazio Germanà)

DG

...chargement de la galerie...